Peintures


Les PEINTURES FLUIDES (materia viva), travail de la matière par excellence, sont nées de ma rencontre avec les encres et les papiers d’imprimerie récoltés alors que je travaillais pour une entreprise recyclant du matériel d’imprimerie. C’est en expérimentant ces encres en liaison avec ces papiers que j’ai commencé à travailler sur la dynamique des fluides et ses multiples effets et réactions physiques et chimiques.

Pour ce travail je n’utilise ni pinceaux, ni couteaux. Je me sers de tuyaux pour souffler et ainsi déplacer les masses de peinture ; de pipettes et d’éponges pour retirer ou ajouter de la peinture ; de divers produits pour générer des réactions et d’une table mobile suspendue qui me permet de moduler la surface du papier sur laquelle je travaille.
C’est une peinture en mouvement que je réalise occasionnellement devant public. Quand j’arrête d’intervenir sur la peinture, l’essence et les divers dissolvants s’évaporent, les pigments en suspension se déposent sur le support, et au contact avec l’air, s’oxydent en se fixant sur le papier. C’est cette empreinte que je conserve comme témoin de l’action et que je place au rang de tableaux.